km parcourus...

7 et 8 Août 2013 - Parc de la Rivière Bleu

Le 7 août au matin, nous réservons nos billets d'avions et de bateau pour nos excursions en fin de mois, sur les îles. Nous profitons du temps qu'il nous reste avant de récupérer la voiture pour flâner au marché communal. Nous chargeons notre belle Ford Fiesta blanche (tient, comme si elle ne nous avait pas quitté) et partons pour une nouvelle aventure sur le « Caillou ».

 

Nous faisons route en direction Yaté (sud est) et plantons notre tente dans le camping très sauvage du Bois du Sud, en plein maquis, sans électricité ni eau chaude. Parfait ! La nature à l'état pure! Cet après-midi nous nous renseignons sur les randonnées possibles dans le Parc de la Rivière Bleue pour gambader le lendemain et nous visitons le petit musée du parc afin de mieux comprendre la formation de ces terres bien spéciales sur lesquelles ne poussent que des plantes et arbres très particuliers, souvent endémiques.

 

Cette terre rouge sang, très riche en fer, apportent trop peu de nutriments pour que des plantes 'classiques' y grandissent. Nous découvrons aussi que des oiseaux spécifiques à la Nouvelle Calédonie peuvent être observés ici comme le Cagou, un oiseau qui ne vole pas et le Notou, le plus gros pigeon du monde. Nous partons ensuite découvrir les Chutes de la Madeleine, charmante petite cascade se trouvant dans un environnement magnifique, très verdoyant. On se promène un peu dans le sentier botanique, où l'on peut déjà voir des espèces de plantes que nous n'avions jamais vu avant. Nous poursuivons notre découverte à travers les montagnes du sud jusqu'au col de Yaté qui permet de contempler le lac artificiel de xxlacxxx et son barrage. Le point de vue est grandiose, surtout quand des rayons de soleil viennent éclairer différentes parties du panorama. On retourne ensuite à notre camping, juste avant le couché du soleil.

 

Le 8 août, nous entamons une randonnée de 5h30. Après un petit trajet en voiture dans le parc de la rivière bleue, nous débutons notre parcours en traversant un pont. On avance doucement jusqu'à la forêt noyée, suite à la mise en eau du lac après la construction du barrage, il y a 40 ans. Les troncs imputrescibles émergent encore de l'eau malgré les années. Nous poursuivons la balade par un petit sentier, à la recherche des cagous, que nous entendons pourtant bien. Leur cri est proche d'un doux aboiement de chien. On croit en apercevoir un mais il est perché en haut d'un arbre, impossible donc.

 

On observe ensuite par chance un Notou, c'est impressionnant de voir un pigeon de 50 cm de long. Après une pause pique-nique, on arrive au grand Kaori, un arbre endémique qui a été fortement exploité. Celui que l'on peut voir ici est le plus grand de Nouvelle Calédonie avec xxxxxm de haut. Sur le chemin du retour, on observe enfin un Cagou qui chasse des vers dans les feuilles. On le suit quelques minutes avant de continuer et de voir deux autres Cagous traverser le chemin à quelques centimètres de nous. Ils nous ont fait une belle parade avant de s'en aller. Cet oiseau n'a pas l'air craintif, il a pourtant été chassé et a failli disparaître dans les années 70. La balade finie, on reprend la route pour nous poser au camping de Dumbéa. On est accueilli par la propriétaire très gentille qui nous donne des conseils sur les lieux où aller sur la suite de notre tour. Ce soir on a droit a un bel orage, mais la tente est bien étanche on peut dormir tranquille.