km parcourus...

26 au 31 Août 2013 - Île d'Ouvéa

Le 25 août, nous profitons de notre journée sur Nouméa pour organiser notre prochaine escapade sur Ouvéa : courses, bagages... Le 26 août, 5h45 le réveil sonne, nous prenons le bus très tôt en direction de l'aérodrome. 9H50 on décolle pour Ouvéa, 40 minutes de vol au-dessus de la grande terre et des récifs du lagon nous promet des paysages magnifiques! Après 15 minutes de marche pour nous rendre au camping, un local nous propose de nous déposer! On est donc rapidement installés et l'accueil accompagné d'un jus de coco fraîche est parfait.

 

Après un bon déjeuner on file à la vanilleraie, plus loin que ce qu'on pensait (3h aller retour) et on découvre les plans de vanille. La plantation est tenue pas une famille de l'île,la récolte s'est terminée en juin et les gousses sont en plein séchage et ça pour 9 mois. On ne voit donc pas grand chose et elle n'en a plus à la vente... retour un peu déçu au camping et fatigués. Il a fait très chaud aujourd'hui, mais on a gagné un ami, un des chien du camping nous a suivi tout le long!

 

On passe la soirée avec 2 couples de touristes français. Étienne et Dorothée nous invitent pour l'apéro avec Kim et Michael, des tours du mondiste partis presque en même temps que nous mais dans le sens contraire! On parle donc voyage toute la soirée et on partage nos expériences communes. Belle soirée.

 

Le 27 août on file dans le sud de l'île, on marche 1km et une voiture s'arrête pour nous emmener aux portes du nouveau camping (appartenant à une tribu)! Facile, mais tant espéré... il y avait 17km de marche et l'auto stop est très réputé sur l'île. Le chauffeur est cette fois un Toulousain qui travaille depuis 3 ans en Nouvelle Calédonie (il fait les routes). On arrive donc au camping de Mouagé, au bord de la plage... plage vraiment très belle, on ne pouvait espérer un emplacement plus idyllique pour la tente.

La couleur de l'eau est si transparente qu'on voit les bancs de poissons s'y déplacer depuis la plage. Nous partons ensuite nous balader à une heure et demi de marche, au pont de Mouli. Le site est superbe, le pont permet une vue imprenable des falaises de l'est de l'île et sur l'immense lagon à l'ouest. Du haut du pont on peut voir défiler de gros poissons et de belles tortues qui viennent montrer leur tête à la surface. C'est vraiment chouette mais des nuages arrivent, on décide de rentrer par la plage, on reviendra... c'est certain. On arrive au camping au couché du soleil, on se pose sur la plage pour admirer le spectacle.

 

Le 28 août on part à la pointe la de Mouli, la partie la plus au sud de l'île. ¾ d'heure de marche et nous voilà sur une petite plage de sable blanc et de rochers noirs. On peut apercevoir les pléiades du sud et le bout du lagon. Jérôme explore les fonds marins et observe de jolis petits poissons de récif et un banc de calamars. Audrey profite de se paysage tranquillement allongée sur la plage, l'eau est trop fraîche à son goût!


L'après midi, nous observons les hommes de la tribu pêchant à la senne, avec un filet depuis la plage. Ce mode ancestrale de pêche est beau à observer car nécessite une coordination de toute l'équipe. A la fin, le filet est bien garni de maquereaux, de Carangues et de poissons de sable.

Nous revenons au camping et bavardons avec un pêcheur de la tribu qui sort de l'eau une aiguillette de plus d'un mètre! Il veut nous l'offrir mais nous déclinons car elle est bien trop grosse pour nous deux et nous n'avons pas de frigo... Il nous donne tout de même 2 maquereaux pêchés le matin même! Adorable! On lance un feu et hop on déguste 2 délicieux maquereaux bien frais!

 

Le 29 septembre, des nuages s’amoncellent au petit matin et nous avons le droit à quelques gouttes de pluie avant de se lever. Nous ouvrons la tente, en vue directe sur la mer, et profitons de la plage en discutant avec un pêcheur pendant que le ciel gris laisse place à un beau soleil. Un banc de sardine se balade à quelques mètres de la plage. Jérôme en profite pour aller les voir de près à la nage. Nous repartons ensuite pour le pont de Mouli, un endroit vraiment grandiose pour ses dégradés de bleu, ses bancs de sable, ses falaises, îles et bancs de poissons qui passent en dessous.

Nous le voyons enfin sous le soleil. Nous observons des tortues, un banc de raies, des barracudas et autres carangues vraiment énormes. On mange dans un petit snack non loin avant de revenir au pont pour se baigner sur une plage toute proche. Nous repartons à notre camping en stop et finissons la journée par le coucher du soleil. On est vraiment dans une ambiance 'île'.

 

Le 30 septembre, nous prenons le seul bus de l'île et de la journée pour remonter dans le nord. On ne voulait pas perdre du temps et nous embêter à faire du stop avec les bagages. Nous replantons la tente au 1er camping que nous avons fait à notre arrivée, chez Dydyce. L'après-midi, nous la passons à discuter avec un couple de tour du mondiste partis eux pour 15 mois. On en croise énormément en NC et c'est sympa d'échanger nos expériences.


Le 31 septembre, nous partons visiter le nord et surtout le trou bleu. C'est une fosse, de plus de 70m de profondeur, qui se trouve dans la forêt et qui est d'une couleur bleue très marquée. Il existe des liens entre la fosse et la mer mais les galeries sont très complexes et même Cousteau n'avait pas réussi, à l'époque, à en découvrir les connections.


Nous repartons ensuite pour le camping mais alors que le stop a été facile à l'aller, aucune voiture ne passe pendant 1h. Nous prennons l'avion en fin d'après-midi et commençons à scruter la montre. Heureusement, deux personnes revenant du champ nous prennent en stop et font même un crochet pour nous déposer. Très sympathique.


Nous arrivons donc à prendre notre avion pour Nouméa sans difficulté et posons notre paquetage à l'auberge de jeunesse, notre point de chute à Nouméa.